PARRAINAGE

A la rentrée de l'année scolaire 2020/2021, Aide et Partage Burkina soutient l'éducation de 20 jeunes de 15 ans à 26 ans : 

  • 12 collèges et lycées

  • 8 études supérieures 

POURQUOI ? POUR QUI ?

Chaque année, la rentrée scolaire constitue pour les élèves, une période de retrouvailles et de partages de souvenirs des vacances mais elle est au contraire pour les parents une période d’insomnies. Ces derniers courent partout pour pouvoir payer les frais d’étude de leurs enfants. Pour ce faire, tous les moyens sont bons pour les assurer.

Pendant que d’un côté les fonctionnaires et autres travailleurs de bureau comptent sur leurs revenus mensuels pour solder ces dépenses, la masse paysanne, les commerçants et autres travailleurs manuels ne comptent que sur les revenus tirés de leurs travaux physiques pour se tirer d’affaires. Pour la majorité du deuxième groupe composé de pauvres et de nécessiteux, ces périodes sont un calvaire en cette période où les frais de scolarité depuis un certain temps ne font que croître.

COMMENT ?

Nous sommes à la recherche de « personnes ressources » pour soutenir des formations en maraichages dans un programme agroécologique. Les fonds collectés seront gérés de manière collective par une mutualisation des financements.

 

Si l’idée de devenir une « personne ressource » vous tente, n'hésitez pas à nous contacter !

Depuis les années 1991, le Burkina Faso est allié au Fonds monétaire international (FMI). Il a été placé sous Programme d’ajustements structurels (PAS) devenu aujourd’hui SCADD. Sa politique éducative est depuis lors, déterminée et dictée par la Banque mondiale (BM). Cette collaboration exige de faire prendre en charge par les bénéficiaires, les élèves, étudiants et leurs parents une plus grande partie des coûts réels des services qui leur sont offerts.

Cette attitude permet de comprendre aisément pourquoi les frais de scolarisation ont grimpé d'une façon inconsidérée dans un contexte de pauvreté où 44 % de la population vit en dessous du seuil national de pauvreté. Cela veut donc dire que les enfants des pauvres n’auront pas accès aux études, puisque ne disposant pas de moyens pour assurer la scolarisation de leur progéniture.

A ces problèmes financiers il faut ajouter la fuite du corps enseignant des établissements publics au profit du privé, plus rentable, occasionnant ainsi un manque criant. Selon les statistiques des classes secondaires et supérieures, le nombre d’enseignants dans les universités publiques est de 843. Le ratio étudiant par enseignant du supérieur public est quatre fois plus élevé que la norme de l’UNESCO. Il est de 111 étudiants par enseignant alors que la norme de l’UNESCO est 25 par enseignant. Et c’est l’université de Koudougou qui bat le record avec 372 étudiants par enseignant. 

D'autre part, nous développons actuellement le projet d'un centre de formation en maraichage agro-écologique pour les jeunes qui n'auront pas la chance de faire des études supérieures ainsi que pour des adultes désirant diversifier leurs activités et améliorer la qualité nutritive des repas de leurs familles.

Dans ce contexte, suite à des demandes de IDEBAK pour des jeunes en grande difficultés familiales, Aide et Partage Burkina a décidé de leur venir en aide. 

Le parrainage est un merveilleux moyen de permettre à un jeune vulnérable de grandir en ayant accès à l'éducation et à la formation. En parrainant, vous participez à l’amélioration concrète et durable de ses conditions de vie et celles de toute sa famille. Votre don est essentiel car il permet de répondre au besoin de votre filleul dans un domaine essentiel pour le développement de son pays et la survit de toute une famille. 

Le parrainage c'est aider un jeune à poursuivre ses études et/ou avoir accès à une formation suivie et ainsi lui offrir la liberté de choisir son avenir.​