Projet 2018/2019 : Centre de formation en maraîchage agroécologique à Salembaoré

agro6.png

Plusieurs axes positifs ont donc été dégagés après concertation entre nos trois associations :

  • apprendre des techniques de cultures écologiques,

  • lutter contre l'érosion et l'appauvrissement des sols,

  • diversifier et améliorer la qualité de l’alimentation,

  • fournir une occupation aux familles pendant la saison sèche,

  • générer de petits revenus par la vente de produits maraîcher en local,

  • générer de petits revenus par la vente de compost enrichi,

  • fixer les jeunes en campagne en leur proposant un avenir et ainsi éviter l’exode rurale voir les départs « à l’aventure » vers des pays limitrophes, voir en Europe

Cette demande nous a été faite via notre association partenaire IDEBAK. En janvier 2016, un groupement associatif, Yam Nekre (L’éveil des Consciences) est venu nous rencontrer afin de nous demander de l’aide pour développer la région par du maraîchage utilisant des techniques agroécologiques.

Petit rappel, le Burkina s'est affranchi depuis peu de l'entreprise Monsanto, afin de produire à nouveau un coton de bonne qualité en évitant les effets néfastes, tant pour les hommes que pour la terre, des produits que cette dernière leur vendait.

Les communautés villageoises ont pris conscience de l'impact et des effets nocifs de la pollution engendrée par les différents produits chimiques mais ont du mal à avoir accès à la connaissance en matière de techniques agroécologiques.

Effectivement, tous les élèves n’ont pas la chance de pouvoir continuer leurs études faute de moyens et dès lors, que faire sinon partir dans l’espoir d’un avenir meilleur avec un travail et des revenus.

Ce projet a mûri, et en octobre 2016,  a été signée une convention entre les trois associations afin, dans un premier temps, de défricher et de clore 2500m2 de terrain. Ce terrain, propriété de IDEBAK, se trouve être à proximité d’un forage. Entre temps, nous avons noué un partenariat avec une association française basée près de Nîmes, Microfel (Micro projets fruits et légumes), qui, outre le fait de soutenir financièrement ce projet en partie, le soutient également techniquement. Les premières formations sur le compost enrichi, ont pu être données par un professionnel français, également membre de notre association, au mois de février 2017. 

Ce même adhérent nous a accompagné pendant 4 jours à Salembaoré en début d'un séjour solidaire « jeunes » de 15 à 17 ans, afin de nous guider avec les acteurs locaux, à la mise en place d’une centaine d’arbres fruitiers, à l’électrification du forage par un groupe électrogène et à la mise en place également d’un poly tank de 1000 litres qui servira pour faciliter l’arrosage du jardin maraicher. 

Les responsables de ce centre sont formés par l'ARFA de Fada n'Gourma et dispensent ensuite ces formations sur le terrain à Salembaoré. 

La construction du bâtiment s'est achevée début 2019. Quatre salles le compose : une salle d'étude, une salle de rangement du matériel de jardinage, une salle de préparation des semis, une salle pour la commercialisation des légumes.

Ce centre devrait devenir autonome d'ici 3 ans en créant 3 emplois et en relançant une activité économique locale. Nous espérons également que la diversité des aliments favorisera la lutte contre la malnutrition.

Nous recherchons des parrains pour soutenir les premières formations dispensées.